Services à la personne : le 15e baromètre sur la perception des discriminations dans l’emploi met en garde contre les discriminations systémiques

Ce jeudi 8 décembre, le Défenseur des droits et l’Organisation Internationale du Travail publient le 15e baromètre sur la perception des discriminations dans l’emploi. L’édition 2022 est consacrée aux personnes employées dans le secteur des services à la personne.

La crise de la Covid-19 a été un moment de reconnaissance de l’importance des personnels soignants. Pourtant, les employées du secteur des services à la personne semblent avoir été oubliées alors qu’elles font partie des métiers « de première ligne ». Le baromètre 2022 étudie ce secteur invisibilisé et met en évidence le cumul des facteurs de discrimination auxquels sont confrontées les travailleuses du secteur des services à la personne. Parmi elles, des aides ménagères mais aussi des assistantes d’accompagnement de personnes âgées et dépendantes.

L’étude menée interroge la perception qu’ont les employées des discriminations vécues au travail et questionne la nature de ces discriminations pour en déterminer les causes et les conséquences.

Dans le secteur des services à la personne, 87,3% des emplois sont occupés par des femmes. Les personnes nées à l’étranger y sont surreprésentées : 14,5% contre 5,5% dans la population active. Enfin, une part importante de ces employées sont à la tête d’une famille monoparentale. Les employées cumulent ainsi les facteurs discriminants liés au genre, au milieu social et à l’origine. Par ailleurs, dans ces métiers mal reconnus, le niveau de rémunération est faible, les conditions de travail dégradées et les employées sont confrontées à la précarité.

Cette enquête met également en lumière le fait que ces personnes sont employées à domicile et sont protégées de façon très inégale par les conventions collectives et l’inspection du travail. Les salariées sont surexposées aux comportements sexistes et aux agressions sexuelles.

En conclusion de ces constats, l’enquête montre les impacts durables sur la santé émotionnelle et mentale des travailleuses du secteur. Elles sont ainsi 70% à déclarer avoir traversé une période où leur santé mentale s’est dégradée.

Les résultats de l’étude appellent donc les acteurs du secteur à se mobiliser et à la mise en place d’une politique volontariste de valorisation des métiers et des professionnelles des services à la personne, tant du point de vue de leurs revenus que de leurs conditions de travail et de leur protection. Le Défenseur des droits organise, simultanément à la publication de ce 15e baromètre sur la perception des discriminations dans l’emploi, un événement de présentation. En présence de Claire Hédon et de George Pau-Langevin, adjointe à la Défenseure des droits en charge de la lutte contre les discriminations et de la promotion de l’égalité, y interviennent différents acteurs associatifs, syndicaux et professionnels du secteur.